UR360 Domfront

Retour sur l’aventure UR360 organisée par le club de Domfront les 25 et 26 juin 2016 :

( http://vtt-lesecureuilsdubocage-domfront.ffct.org/html/360.html )

fredo1

 

Au risque de me répéter, je souhaite dire un grand MERCI à tous les bénévoles !

Quel plaisir de trouver sur les bases de vie, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, de grands sourires et des paroles réconfortantes !

Une sacrée belle organisation, épaulée par de nombreux partenaires qui nous ont offert un panier de bienvenue copieux : poiré, confiture, huile, sablés, gourde, documentations touristiques, t-shirt et une belle plaque de cadre, eh oui rien que ça !

fredo2

Reprenons au début : départ de la maison vendredi dans l’après-midi direction le stade sur lequel la municipalité nous accueille.

fredo3fredo4

Pas de tente pour dormir je préfère rester au chaud dans la voiture ; on est qu’au mois de juin !!

Aux alentours de 20h direction la salle des fêtes pour la pasta party (offerte ET excellente) et le briefing.

fredo5

Soirée calme ; on sent la concentration pour l’épreuve à venir !

Une petite promenade digestive, dernières vérifications du matériel, gonflage, huilage et au dodo.

 

Samedi 25 juin 4h45 : réveil !

Après un petit café et un bout de brioche offerts, direction le parking en contre bas pour le départ à 5h30 pétantes ! Il fait à peine jour mais un membre de l’organisation nous ouvre le chemin pendant 5 petits km et là ça se met à rouler ; perso je reste prudent, il ne faut pas oublier que l’on part pour au moins 25 ou 26 heures ; enfin ça c’était l’estimation au départ …

C’était sans compter sur la boue en ce début de circuit et surtout une crevaison vers le 60e km, autour de Mortain L J’essaie de regonfler, ça semble tenir mais dès que je roule je perds de l’air : une petite coupure sur le flan, près de la jante … je suis à environ 2 ou 3 km de la base de vie alors je regonfle, roule quelques mètres, regonfle, roule de nouveau quelques mètres, etc. Arrivé à la base je demande une pompe pour essayer de gonfler à bloc mais rien n’y fait, je vais devoir monter une chambre à air ; c’est parti pour une demi-heure de galère pour démonter la valve et mettre en place celle de la chambre. Finalement c’est réparé, je peux aller me restaurer un peu et refaire le plein du bidon.

Le reste de la première boucle se déroule sans encombre ; petit ravito à Domfront donc et c’est parti pour attaquer la deuxième boucle vers Bagnoles.

Il fait un temps correct, les chemins, les paysages me plaisent mieux que ceux de la première boucle. Ça aide à terminer « tranquillement » les 180 premiers km et me permet de partir serein pour finir les 270 km avant la nuit !

Bon ça c’est le calcul au départ de la troisième boucle … gros coup de mou avant de rejoindre la base de vie des 210 kmL. Pas de fatigue, pas de douleurs ni de crampes mais plus de force, plus d’envie, ça craint ; j’en suis presque venu à me dire « je rejoins tant bien que mal Domfront et j’abandonne» … alors je me ravitaille doucement, je pose mon cuissard sur une chaise et je récupère. Un petit groupe de 3 coureurs arrive alors et prend le temps également de se reprendre ; je repars avec aux, toutes frontales allumées (eh oui la nuit commence à tomber), c’est difficile pour tout le monde ; le froid, la boue, et il est minuit passé !

Arrivés à Domfront, mes compagnons de route décident de prendre le temps de se ravitailler, de se changer, de se reposer un peu sans pour autant dormir.

J’hésite à m’arrêter également, pourquoi pas prendre une bonne douche, faire un petit somme … finalement je change de maillot pour me mettre un peu au sec (j’ai toujours froid …) et décide de repartir tout seul vers le prochain ravito ; je me dis que les gars me rattraperons et que je continuerais avec eux.

J’arrive seul au ravito où me rejoint Serge, avec qui je vais finir ces 360 km. Le gars est venu exprès du Cantal ! Il gère comme un chef son allure, ses poses, une aubaine pour finir au mieux.

Nous repartons donc ensemble, on s’encourage, on discute ; au prochain ravito le soleil aura commencé à pointer le bout de ses rayons, ça sent bon d’autant que le moral est au mieux et les gambettes également !

Peu de temps avant la base des 330 km, un bruit au niveau du frein avant du vtt de Serge … je pense à des plaquettes usées : bingo !

Et là, trop content, je sors de mon sac une paire de plaquettes ; Serge n’en revient pas, le bon modèle et tout !

Arrive alors Julien, un solo également, qui nous annonce avoir perdu une cale au précédent ravito L

Devinez : eh oui le Frédo avait une paire de cale dans son sac ! Elle est pas belle l’histoire ?!

Les bonhommes sont ravitaillés, les vélos rincés et huilés, c’est parti pour les 30 derniers km de cette folle aventure.

Je suis Serge qui gère toujours comme il faut notre allure, belle allure même parfois, les chevaux commencent à sentir l’écurie ! Enfin il faut avoir un sacré odorat parce que l’arrivée n’en finit pas … d’arriverL.

Un dernier effort et enfin nous entrons dans la ville !

 

Dimanche 26 juin 9h57 : je suis officiellement FINISHER de l’UR360 après 28h30 de roulage non-stop J

fredo6

Et toujours la présence des merveilleux bénévoles pour nous accueillir et nous offrir un dernier ravitaillement !

Cette fois ça y est c’est fini ; je vais nettoyer mon vélo (qui aura droit à une transmission toute neuve et un bon graissage du corps de roue libre …), prendre une bonne douche et partager une bière avec Serge J

 

Conclusion de cette balade à bicyclette : une organisation du tonnerre, une très bonne ambiance, de belles rencontres, de locaux, de sympathiques Belges, de Cantaliens 😉 Et au final une météo plutôt clémente !

Un peu de repos, une préparation à peaufiner et je serais bien partant pour une nouvelle édition J

 

fredo7

 

«46 finishers en solo, 9 équipes de duo et 12 équipes de quatre»

Alors pas qu’un peu fier de ma performance !

UR360 FREDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *